Périscolaire : envisager l’après confinement

Action essentielle dans la lutte contre l’épidémie, pour la protection et la prise en charge des plus vulnérables, le confinement des Français depuis le 17 mars met à rude épreuve les enfants et les parents. Cette période aura marqué l’histoire sociale, familiale et scolaire de beaucoup d’enfants. Au-delà de rompre avec les inégalités qui se creusent, il est temps de retrouver une vie, la plus normale possible, et de reprendre le chemin de l’école et des activités ; puisqu’il faudra bien apprendre à vivre, pendant un temps tout au moins, avec le "risque" virologique.
Les annonces concernant le retour à l’école se multiplient et depuis les annonces du premier ministre, deviennent concrètes. Entre polémiques et questions logistiques, le sujet est au cœur des préoccupations de beaucoup de nos concitoyens. Qu’en est-il des temps périscolaires, des acteurs éducatifs qui agissent autour des temps scolaires ? De quelle manière la communauté éducative peut-elle se mobiliser afin d’apporter calme et sérénité au moment de la reprise progressive et sans doute très partielle de l’école ?

A partir du 11 mai, accompagnant le mouvement des écoles maternelles et élémentaires, une partie des activités d’ifac reprendra son cours, selon les attentes propres à chaque collectivité territoriale. Le directeur général d’Ifac et ses équipes préparent cette reprise progressive des activités dans les nombreuses structures confiées par les collectivités partenaires (multi-accueils, accueils collectifs de mineurs, clubs ados, espaces jeunes, maisons pour tous, centres sociaux, etc.) et l’envisagent avec pour mots d’ordre : sécurité, solidarité, bienveillance et pédagogie.
« Les enseignants auront besoin de soutien pour assurer à la fois les cours et garantir la distanciation sociale recommandée par les gestes barrières. Les familles auront besoin de recouvrer des espaces pour reprendre une activité professionnelle et subvenir à leurs obligations. Les enfants devront pouvoir ressortir, apprendre, jouer et retrouver la légèreté qui doit être la leur, à leur âge ; vous aurez noté déjà à quel point ils sont déjà marqués par l’événement. La vie de la nation enfin doit reprendre dans tous ces aspects. » précise Martial Dutailly.
Comment les associations d’éducation populaire peuvent-elles au mieux accompagner les enfants et la communauté éducative dans cette période ? L’idée serait de lier les temps libérés au parcours scolaire, sans singer l’école et sans s’improviser médiateur-éducateur : par la ludo-pédagogie et l’emploi des softs skills, renforcer les compétences scolaires et les savoirs fondamentaux.
Les quelques pistes de réflexion que nous dévoilons ici font déjà l’objet d’échanges et de discussions avec le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, les associations d’élus et les collectivités territoriales :

Les dispositifs studieux

Comment accompagner au mieux les enfants et la communauté éducative dans cette période ? Ifac propose la mise en place d’activités studieuses, déclinées :

  • Près des écoles : en parallèle des enseignants, un accueil d’enfants (la moitié de la classe, par exemple) pour des activités récréatives et éducatives, ou du soutien scolaire. Les complémentaires sont discutés avec chaque enseignant.
  • Dans le périscolaire, un accueil en périscolaire, élargi ou non, et des "mercredis studieux" pour accueillir les enfants et proposer des activités ludiques, récréatives et à forte dimension éducative.
  • Dans l’extrascolaire, des « vacances studieuses » qui proposent des activités autour du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, jusqu’à des temps dédiés à du renforcement scolaire par de l’accompagnement scolaire personnalisé (avec, par exemple, des enseignants volontaires mais rémunérés par ifac). Mais aussi, évidemment, de vraies vacances, amusantes et divertissantes, en accueils de loisirs ou en mini-séjours.
  • Pour des séjours studieux : de l’élémentaire au collège, des séjours permettant d’alterner des temps de “remédiation scolaire” ou de “cahiers de vacances" avec des activités récréatives et rafraîchissantes.

Le dispositif studieux est déclinable “à la carte” en fonction de l’intérêt marqué par les collectivités locales mais aussi par les enseignants dans chaque école. Nous inviterons les enseignants à intégrer ce dispositif en dehors des temps d’enseignement, en leur qualité propre ; à défaut, nous aurons recours à des étudiants.
En aucun cas, le dispositif studieux ne se substitue aux enseignants et à leurs compétences. Il vient en appui, en complément et en facilitation.

Pour une solidarité avec les enseignants et la communauté éducative

Les enseignants ont besoin de soutien, nous le rappelons ici.
1- Un accueil de loisirs prolongé
L’objectif de cet accueil de loisirs prolongé est de fonctionner en parallèle de l’école. Les animateurs mettent en place des activités à dominante éducative et de loisirs en petite unité (10 enfants), afin d’accueillir plus d’enfants sur la commune.
Les activités proposées seront basées sur :

  • Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture,
  • Les thématiques abordées par les enseignants.

L’accueil de loisirs deviendrait un tiers lieu, physiquement accolé à l’école et qui permettrait aux enfants de passer de l’un à l’autre de manière souple.
Une classe de CM2 qui travaillerait par exemple sur la poussée d’Archimède en classe, verrait tous les aspects théoriques en classe aux côtés de l’enseignant et passerait ensuite du côté de l’accueil de loisirs pour construire des micro-fusées et illustrer les concepts travaillés en classe.
2- La classe simplifiée
Cette classe répartie entre l’enseignant et l’animateur permettrait de venir en soutien et en complémentarité des enseignants, notamment pour organiser les tâches de la vie quotidienne et mener des activités récréatives et complémentaires de l’école.
3- La classe étayée
Toujours dans la démarche de dédoubler les classes pour le respect des mesures sanitaires, l’équipe d’animation viendrait en aide à l’apprentissage scolaire. L’enseignant remettrait chaque jour à l’animateur la liste des travaux scolaire à réaliser, sur un principe identique à « l’école à la maison ».
Le groupe d’enfants est le même pendant toute la semaine. Il est composé en fonction du niveau scolaire (CP, CE1…).
Chaque soir l’animateur fait le point avec l’enseignant (état d’avancement, difficultés rencontrées avec les enfants/le contenu/la méthode…) et prépare le lendemain.

Pour un soutien aux familles

Après ces nombreuses semaines de confinement à assurer les devoirs à la maison, les familles auront besoin d’un relais, afin d’assurer de la meilleure manière possible la transition entre la maison et le retour à l’école. Les équipes d’animation proposent au travers des « mercredis studieux », des activités ludiques à forte dimension éducative. Entre un travail de soutien sur les savoirs fondamentaux et la transmission de compétences douces (empathie, coopération, curiosité, créativité), notre mission est de solidifier au mieux cette passerelle.

1-Un accueil de loisirs à dominante éducative
Les animateurs mettent en place des activités à dominante éducatives et de loisirs en petite unité (10 enfants), en proposant d’accueillir les enfants à la demi-journée.
Les activités proposées font écho au :
• socle commun de connaissances, de compétences et de culture,
• Aux thématiques abordés par les enseignants.

2 - Des Activités Pédagogiques Complémentaires renforcées

Pour les élèves en difficulté, ciblés par les enseignants, il s’agit d’apporter aux élèves un accompagnement adapté à leurs besoins. Les animateurs proposent à ces petits groupes d’élèves de les aider dans leurs apprentissages.
Les enseignants travaillent directement dans leur classe. Ils bénéficient de l’organisation de l’accueil de loisirs (par exemple, pour les repas).
3 - Le rattrapage scolaire
Mise en place de temps de rattrapage scolaire, par groupe de 10, proposés par notre association Etudions, avec les enseignants des écoles partenaires des Accueil Collectifs de Mineurs gérés par l’ifac.
Les enseignants travaillent directement dans leur classe, voire dans les salles de l’accueil de loisirs si nécessaire. Ils bénéficient de l’organisation de l’accueil de loisirs.
La durée est comprise entre 2 et 4 heures (demi-journée).

Pour les enfants : retrouver une "légèreté de l’être"

Un de nos objectifs principaux est que les enfants puissent retrouver tout ce qui leur a été pris soudainement en mars dernier : apprendre au cœur d’un collectif coopératif, jouer, courir, reconstruire des relations sociales ordinaires… A nous de participer à leur proposer de retrouver la légèreté et l’insouciance qui doit être la leur, à leur âge.

Les « vacances studieuses » allient des temps « cahiers de vacances » autour du socle commun de connaissance, compétences et culture et les vacances, les vraies, avec des activités amusantes, rafraîchissante, en accueil de loisirs ou en mini-séjours.

1-Les séjours « élémentaires »
Nos activités sont destinées au renforcement scolaire dans une approche ludique et éducative. Le travail d’ingénierie est assuré par un comité spécialisé (enseignants, référents scolarité, référents éducatifs…) en lien avec le socle commun de connaissances, de compétences et de culture.
2-Les séjours « collégiens »
Le matin, les élèves bénéficient de cours, par niveau, parmi un trio de matières (par exemple : maths, anglais, histoire-géographie). Les cours sont dispensés par des étudiants et des enseignants.
L’après-midi, les élèves profitent d’une programmation récréative : sports nautiques, équitation, hoverboard...
3-Les mini séjours
Nous proposons une mise en place de mini séjours avec une matière dominante telle que français, mathématiques, anglais.
Par exemple, lors du mini séjour English Club, pendant des temps informels ou des activités éducatives, encadrants et enfants parlent en anglais ! Les mini séjours sont encadrés par des animateurs, étudiants voire enseignants en fonction de la programmation.

Soutien aux collectivités

Ifac propose son soutien aux collectivités en proposant une série de mesures dans le cadre d’un service d’accueil exceptionnel renforcé parallèlement à la reprise de l’école, dans le prolongement de ce qui nous avons appris à faire pendant les 8 semaines de confinement, au contact des enfants des personnels soignants entre autre, que nous avons accueillis, parfois 7 jours sur 7.

1-Une aide à la mise en place de mesures sanitaires
Cette organisation prendra en compte les directives sanitaires et garantira la sécurité des enfants accueillis. Sachant que la transmission du virus se fait par « un contact étroit » avec une personne déjà contaminée, c’est à dire par l’inhalation de gouttelettes infectieuses émises lors d’éternuements ou de toux par la personne contaminée, des mesures spécifiques seront mises en place :

  • Les équipes appliqueront et feront appliquer l’ensemble des mesures barrières aux enfants et adultes présents (distance sociale, lavage des mains, mouchoirs à usage unique, éviter les contacts corporels) notamment celles ayant trait au lavage très régulier des mains.
  • Les groupes d’enfants (10 au maximum) n’auront aucun contact entre eux. Les temps de récréation seront donc échelonnés, et les accueils du matin et du soir devront être aménagés au mieux (des accès spécifiques à chaque groupe d’enfants pourraient être ouverts en fonction des sites, une file d’attente permettant une distance raisonnable sera aménagée le cas échéant).
  • Si l’aménagement des structures le permet, chaque groupe se verra attribuer un bloc sanitaire réservé. Une désinfection régulière de ces espaces sera organisée dans tous les cas.
  • Si l’aménagement des structures le permet, chaque groupe se verra attribuer un réfectoire réservé. Le cas échéant, un repas échelonné sera organisé afin que les groupes ne se croisent pas au moment du repas. Dans tous les cas, une désinfection régulière de ces espaces sera organisée.
  • Les poignées de portes et autres éléments qui devront être utilisés par l’ensemble des groupes seront nettoyés plusieurs fois par jour.
  • Le matériel pédagogique utilisé par chaque groupe lui sera réservé et ne pourra circuler qu’à l’intérieur de la salle dédiée à ce groupe. Les espaces de rangements seront donc réaménagés si besoin.
  • Un affichage complet sera mis en place, en façade des bâtiments pour les recommandations générales en direction des parents (organisation des accueils, modalités d’inscriptions, recommandations sanitaires, etc.), ainsi qu’en direction des enfants sur l’organisation de la vie quotidienne et les obligations sanitaires (affichage adapté en fonction de la tranche d’âge).
  • ifac déploiera les moyens nécessaires pour assurer la sécurité des équipes et des enfants accueillis : mise à disposition de masques jetables dans un premier temps, puis de masques grand public, gel hydro-alcoolique, mouchoirs à usage unique, thermomètres pour surveiller régulièrement la température des enfants. Il faut noter que la dead line du 7 mai qui précisera la date réelle de début du déconfinement si les conditions sanitaires sont réunies, pourraient faire évoluer notre organisation générale.

2-Une aide à l’organisation de la restauration

Contrairement à la proposition de repas individuels apportés par les parents mise en place dans le cadre du SME, nous préconisons l’organisation d’une restauration collective, afin de permettre un meilleur respect des normes sanitaires (non-partage des paniers repas, limitation des éléments extérieurs rapportés au sein de l’espace collectif, stockage et conservation des denrées par groupe, etc.).
De plus, il nous semble pertinent de permettre aux publics d’avoir accès à un repas équilibré, notamment après une période particulière pendant laquelle les inégalités sociales se sont creusées. En effet, les enfants qui seront accueillis en priorité sont susceptibles d’être issus d’une catégorie sociale fragilisée, et les ressources financières amoindries de ces familles pourraient potentiellement se répercuter sur la qualité des repas et l’équilibre alimentaire. Confier la restauration à la cuisine centrale municipale pourrait être un gage d’amélioration de ces conditions détériorées, et permettrait de réduire les inégalités sur ce point.
Si toutefois la restauration collective ne pouvait être envisagée pour diverses raisons, nous pourrions mettre en place un « accueil pique-nique ». Cela nécessiterait une communication efficiente en direction des parents (dont les outils sont déjà disponibles en interne et pourraient être adaptés rapidement à la situation), ainsi qu’une coordination efficace pour combler les manques et oublis éventuels de la part des parents.
3-La garantie d’un service d’accueil de qualité

La relation adulte – enfant
En ces temps d’incertitudes, où chacun est en droit de s’interroger sur l’avenir du monde et de la société, où la peur de la contamination et parfois la tristesse due à la perte d’un proche sont omniprésentes dans les foyers, les enfants sont probablement tous sujets au stress et à l’inquiétude, quelles que soient leurs formes d’expression et quelle que soit la communication intrafamiliale mise en place pendant le confinement.
Il nous paraît donc essentiel de permettre à chaque enfant d’exprimer ses émotions par différents biais. Plus que jamais, la qualité de la relation adulte/enfant est nécessaire. Chaque animateur doit pouvoir appréhender les enfants dans leur vie de groupe et doit être en capacité de nouer des relations étoffées avec chacun d’eux, notamment grâce aux effectifs réduits (groupes de 10 enfants maximum) qui permettront ces attentions particulières.
(et d’autant plus que les petits groupes de 10 enfants maximum favoriseront cette attention particulière et individuelle.)
Les programmes d’activités
Au regard des conditions actuelles et compte-tenu du fait que la préoccupation majeure est d’offrir un mode de garde en toute sécurité, nous n’afficherons pas les programmes d’activités en avance comme nous le faisons habituellement. Par ailleurs, la taille des groupes et l’encadrement spécifique mis en place ne permettra pas aux enfants de bénéficier de plusieurs choix d’activité. Aussi, pour pallier cette contrainte, les équipes veilleront à :

  • Équilibrer les propositions (activités manuelles, physiques et d’expression) sur chaque journée
  • Permettre aux enfants de proposer des activités à programmer dans les jours suivants
  • Permettre aux enfants de ne pas participer à l’activité s’ils ne le souhaitent pas, et de s’occuper librement (lecture, dessin…) sans perturber le déroulement de l’activité en cours.

Les Ressources pédagogiques Ifac pour les équipes d’animation
De nombreuses fiches d’activités sont déjà disponibles, et peuvent accompagner les équipes qui devront, plus que d’habitude, faire preuve de polyvalence et de créativité, notamment pour respecter l’équilibre des différents apports pédagogiques des propositions d’activités.
L’application « j’anime », à destination des animateurs, offre déjà une large proposition d’idées et d’outils. De plus, depuis le début du confinement, nous avons redynamisé les contenus et les avons adaptés à la situation actuelle.
Des activités en lien avec la situation actuelle
Parmi ces idées nouvelles parues dans le contexte de confinement, certaines pourraient être adaptées à des temps d’animation en collectivité et/ou s’ouvrir vers les partenariats locaux : dessins et messages à destination des personnes âgées résidants dans les foyers-logements, l’Hôpital Foch ; les « Chocolats Philo » (Café-Philo pour les « grands élémentaires ») durant lesquels les 9/11 ans pourraient discuter de la situation actuelle et envisager le « monde d’après » ; ou encore activité pâte à sel « Coco le virus » pour les maternels.

Des actions construites avec les parents, les enseignants et nos équipes de professionnels pour accompagner les élèves les plus fragiles, de façon plus individualisée.

1-Les séjours autogérés
Les séjours autogérés apportent une aide aux familles pour remobiliser les jeunes et les maintenir dans un univers collectif et scolaire. Les jeunes prennent en charge les temps des repas, du nettoyage, de la planification de leurs activités. Les éducateurs apportent des outils méthodologiques dans le travail scolaire mais également sur la confiance et l’estime de soi. Ces séjours sont également agrémentés d’activités ludiques.
2-L’appui aux collèges
Nous proposons des rencontres aux principaux des collèges de proximité pour travailler sur des dispositifs de prévention et de gestion des élèves en décrochage scolaire : séjours de remobilisation automne/hiver (avec des enseignants), ateliers artistiques et d’expression, mesures de responsabilisation et accueil des décrocheurs en structure.
3-L’école ouverte
Mobilisation de notre personnel pour l’encadrement de l’école ouverte sur la période estivale. Profils attendus et modalités à définir.

Ifac sera comme en toute période, présent aux côtés des collectivités partenaires et des familles. Nos propositions sont prêtes. Nous sommes en situation de dialoguer avec les collectivités pour faciliter la vie quotidienne des familles bien éprouvées par la période de confinement.