La Vallée aux Renards

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

20 novembre 2017 : Célébrons la journée des droits de l’enfant

L’Ifac se mobilise aux côtés d’Unicef afin de sensibiliser à l’importance de défendre et garantir les droits de tous les enfants sans distinction.

Qu’est ce que la journée des droits de l’enfant

Le 20 novembre 1989, le monde se dote de la « Convention Internationale des Droits de l’enfant » (CIDE). Les dirigeants de la planète s’engagent à construire un monde digne des enfants : la Convention relative aux droits de l’Enfant est adoptée à l’unanimité par l’ONU.Retour ligne automatique
Pour la première fois de l’Histoire, un texte international reconnait explicitement les moins de 18 ans comme des êtres à part entière, porteurs de droits sociaux, économiques, civils, culturels et politiques – des droits fondamentaux, obligatoires et non négociables.

Le consensus est inédit : avec 195 États, c’est le traité relatif aux droits humains le plus largement ratifié de l’histoire ! Seuls les États-Unis manquent à l’appel – la Somalie et le Soudan du Sud l’ayant ratifié en 2015.

Bien plus qu’un texte à forte portée symbolique, cette Convention est juridiquement contraignante pour les États signataires, qui s’engagent à défendre et à garantir les droits de tous les enfants sans distinction – et à répondre de ces engagements devant les Nations unies. C’est le Comité des droits de l’enfant des Nations unies, composé d’experts indépendants, qui contrôle la mise en œuvre de la Convention, en examinant les rapports que les États s’engagent à publier régulièrement dès lors qu’ils ont ratifié le traité.

La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE)

54 articles, énonçant notamment le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité

Le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée
Le droit d’aller à l’école
Le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation
Le droit d’être protégé contre toutes formes de discrimination
Le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir
Le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes
Le droit de jouer et d’avoir des loisirs
Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation
Le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé

4 principes fondamentaux

La non-discrimination
L’intérêt supérieur de l’enfant
Le droit de vivre, survivre, se développer
Le respect des opinions de l’enfant

L’Ifac et les droits de l’enfant

Les droits de l’enfant est un sujet primordial pour nous, c’est pourquoi nous nous engageons quotidiennement auprès de l’Unicef afin de le défendre.

L’Ifac, s’est associé à UNICEF France pour une première collaboration en 2015. Il s’agissait de s’unir afin de proposer aux collectivités et à leurs animateurs un kit d’animation "Je découvre, je comprends, j’agis" pour la compréhension et à la promotion des droits de l’enfant. Ce kit, toujours disponible, permet aux animateurs de conduire en toute autonomie un cycle d’activités périscolaires.

Nous nous illustrons également aux côtés de l’Unicef dans la célébration du rendez vous solidaire des enfants et des jeunes, Uniday, qui a lieu chaque année le 31 mai. A cette occasion nous avons élaboré ensemble, un Kit d’animation guidant les collectivités et associations dans l’organisation d’un évènement dédié, afin de valoriser localement l’implication des enfants et des adolescents.

De plus, l’Unicef et l’Ifac organisent conjointement des formations à destination des agents municipaux des "villes Amies des enfants", comme L’Haÿ-les-Roses, co-menées par un formateur Ifac et un salarié Unicef.

Notre service BAFA développe également des approfondissements dont l’objectif est de sensibiliser les stagiaires à la cause des droits de l’enfant mais également d’imaginer des activités et des projets d’animation autour de cette thématique.

Pour finir, dans le cadre du plan de formation continu national, nous proposons en interne, une journée de formation sur les droits de l’enfant.

L’Ifac se mobilise aux côtés d’Unicef afin de sensibiliser à l’importance de défendre et garantir les droits de tous les enfants sans distinction.

Qu’est ce que la journée des droits de l’enfant

Le 20 novembre 1989, le monde se dote de la « Convention Internationale des Droits de l’enfant » (CIDE). Les dirigeants de la planète s’engagent à construire un monde digne des enfants : la Convention relative aux droits de l’Enfant est adoptée à l’unanimité par l’ONU.Retour ligne automatique
Pour la première fois de l’Histoire, un texte international reconnait explicitement les moins de 18 ans comme des êtres à part entière, porteurs de droits sociaux, économiques, civils, culturels et politiques – des droits fondamentaux, obligatoires et non négociables.

Le consensus est inédit : avec 195 États, c’est le traité relatif aux droits humains le plus largement ratifié de l’histoire ! Seuls les États-Unis manquent à l’appel – la Somalie et le Soudan du Sud l’ayant ratifié en 2015.

Bien plus qu’un texte à forte portée symbolique, cette Convention est juridiquement contraignante pour les États signataires, qui s’engagent à défendre et à garantir les droits de tous les enfants sans distinction – et à répondre de ces engagements devant les Nations unies. C’est le Comité des droits de l’enfant des Nations unies, composé d’experts indépendants, qui contrôle la mise en œuvre de la Convention, en examinant les rapports que les États s’engagent à publier régulièrement dès lors qu’ils ont ratifié le traité.

La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE)

54 articles, énonçant notamment le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité

Le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée
Le droit d’aller à l’école
Le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation
Le droit d’être protégé contre toutes formes de discrimination
Le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir
Le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes
Le droit de jouer et d’avoir des loisirs
Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation
Le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé

4 principes fondamentaux

La non-discrimination
L’intérêt supérieur de l’enfant
Le droit de vivre, survivre, se développer
Le respect des opinions de l’enfant

L’Ifac et les droits de l’enfant

Les droits de l’enfant est un sujet primordial pour nous, c’est pourquoi nous nous engageons quotidiennement auprès de l’Unicef afin de le défendre.

L’Ifac, s’est associé à UNICEF France pour une première collaboration en 2015. Il s’agissait de s’unir afin de proposer aux collectivités et à leurs animateurs un kit d’animation "Je découvre, je comprends, j’agis" pour la compréhension et à la promotion des droits de l’enfant. Ce kit, toujours disponible, permet aux animateurs de conduire en toute autonomie un cycle d’activités périscolaires.

Nous nous illustrons également aux côtés de l’Unicef dans la célébration du rendez vous solidaire des enfants et des jeunes, Uniday, qui a lieu chaque année le 31 mai. A cette occasion nous avons élaboré ensemble, un Kit d’animation guidant les collectivités et associations dans l’organisation d’un évènement dédié, afin de valoriser localement l’implication des enfants et des adolescents.

De plus, l’Unicef et l’Ifac organisent conjointement des formations à destination des agents municipaux des "villes Amies des enfants", comme L’Haÿ-les-Roses, co-menées par un formateur Ifac et un salarié Unicef.

Notre service BAFA développe également des approfondissements dont l’objectif est de sensibiliser les stagiaires à la cause des droits de l’enfant mais également d’imaginer des activités et des projets d’animation autour de cette thématique.

Pour finir, dans le cadre du plan de formation continu national, nous proposons en interne, une journée de formation sur les droits de l’enfant.