La laïcité dans nos gènes

Célébrée chaque année le 9 décembre, date anniversaire de la loi sur la séparation des Églises et de l’État de 1905, la journée de la laïcité est l’occasion de saluer les initiatives pour la protection et la promotion de la laïcité. Au regard des événements de janvier et de novembre dernier, l’édition 2015 revêt un caractère symbolique encore plus fort.

Porteur de la laïcité dans ses gènes, l’Ifac s’engage au quotidien et est relais actif des actions et supports contribuant à ce principe.

1905 – 2015 : anniversaire de la loi sur la séparation des Églises et de l’État

Il y a 110 ans, le 9 décembre 1905, était promulguée la loi sur la séparation des Églises et de l’État sous l’impulsion décisive du député Aristide Briand, rapporteur du projet.
Cette loi mit fin au régime du Concordat napoléonien de 1801, qui fixait les rapports entre l’État et l’Église catholique.

Toujours en vigueur, la loi affirme la neutralité de l’État dans les questions religieuses, proclame la liberté de conscience de chacun et garantit à tous la liberté collective de pratiquer une religion sans entraves. Les "ministres" des cultes ne sont plus rémunérés par l’État tandis que les lieux de culte deviennent la propriété de l’État. Cependant l’État peut les confier gratuitement aux représentants des Églises pour l’exercice des cultes. C’est autour des principes de liberté de conscience et de culte et de la neutralité de l’État que s’est ordonnée la laïcité française qui a acquis valeur constitutionnelle en 1946, confirmée par l’article premier de la Constitution de 1958 qui proclame : "La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale".