Grèves : quelle prise en charge pour les enfants ?

Tandis qu’un mouvement de grève se prépare dans la fonction publique le 22 mars prochain, intéressons-nous aux systèmes mis en place au sein des écoles pour la prise en charge des enfants. L’Ifac en tant qu’association gestionnaire d’accueils périscolaires pourra être amené à assurer l’intérim du service d’accueil pour les communes qui nous sollicite.

Le Service minimum d’accueil dans les établissements scolaires

En 2008, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, fait voter une loi qui rend obligatoire la déclaration des grévistes 48h à l’avance. Dans le même temps, l’Éducation Nationale met en place un système d’accueil des élèves les jours de grèves dans les écoles élémentaires et maternelles. En effet, la loi du 20 août 2008 contraint les communes à assurer un service minium d’accueil dans nos écoles dans le cas où l’on dépasse 25% de grévistes.

Cette loi garantie deux libertés :

  • Celle pour les enseignants de faire grève
  • Celle des familles de poursuivre leur activité les jours de grève

Le principe de la loi 2008-790 est défini dans l’article 2 : "Tout enfant scolarisé dans une école maternelle ou élémentaire publique ou privée sous contrat est accueilli pendant le temps scolaire pour y suivre les enseignements prévus par les programmes. Il bénéficie gratuitement d’un service d’accueil lorsque ces enseignements ne peuvent lui être délivrés en raison de l’absence imprévisible de son professeur et de l’impossibilité de le remplacer. Il en est de même en cas de grève. "

Aulnay-sous-Bois, Le Raincy Animation appliqueront le Service Minimum d’Accueil le jeudi 22 mars

L’ifac a été sollicité, dans le cadre de ses missions pour assurer le service minimum d’accueil lors des mouvements sociaux. Des activités seront proposées par nos animateurs sur les horaires habituels d’école.

Retrouvez les articles traitant de la mise en place du service à Aulnay-sous-Bois lors des mouvements sociaux de septembre dernier :
Blog Mon Aulnay
Le Parisien